Instagram

Asie Indonésie travel

12 jours en Indonésie : L’île de Java

30 October 2017

12 jours en Indonésie. Nous faisons le choix de ne visiter que 2 îles : Java et Bali. Malheureusement nous n’aurons pas le temps de visiter Lombok donc nous passerons 5 jours à Java et 6 jours sur l’île des dieux à Bali. Atterrissage à Jakarta, nous débutons notre road trip par Java. Autant par ses temples en majorité Bouddhistes ou Hindouistes, les chants en écho des muezzins qui appellent à la prière  que par ses volcans encore épargnés par le tourisme, Java est une île étonnante qui offre le pire comme le meilleur. Java, île la plus peuplée d’Indonésie est immense et s’étire d’Ouest en Est sur 1000 km. Je partage donc ici, ma petite expérience personnelle peu exhaustive de l’île de Java.

Java-Jakarta

Comme d’habitude, pas très fan des grandes mégalopoles, nous décidons de rester seulement une nuit à Jakarta et pour les amoureux de la nature, c’est amplement suffisant. Nous atterrissons de nuit et nous nous rendons vite compte que Jakarta mérite sa réputation de “la ville qui ne dort jamais”. De larges avenues, nous nous retrouvons rapidement entassés dans des petites ruelles bondées de voitures et de scooters longeant les trottoirs ou s’alignent les marchands de rue. Nous passons la matinée au parc du monument national de la ville à se balader, siroter des fresh coconut et admirer les coureurs et cyclistes qui s’entrainent sous une chaleur de plomb. Nous quittons rapidement la ville pour le coeur de l’île de Java à la conquête des temples boudhistes et Hindouistes.

Comptez 150 000 à 350 000 Roupies pour 1h de taxi (9 à 15euros par véhicule). Préférez la compagnie Blue Bird qui est encore meilleur marché.

Nuit à Jakarta au Cipta Hôtel, très bon rapport qualité-prix (400 000 Rp pour une chambre double, 24 euros et petits déjeuners 50 000 Rp par personne, 3 euros)

 

Java-Borobudur, Yogiakarta et Prambanan

Attention, sur les vols domestiques, les annonces ne sont pas faites en anglais, nous manquons de peu notre avion pour Yogyakarta , étant pourtant assis près de la porte d’embarquement (un changement de porte de dernière minute aura eu raison de notre ponctualité) mais passons…

Arrivés à bon port, nous prenons un taxi direction Borobudur. Comptez 1h30 de transfert en fonction du trafic qui peut être dense en fin de journée. Nous logeons pour une nuit au Rajasa Hôtel pour 200 000 roupies (16 euros). Petite Guest House à l’accueil charmant, aux chambres modestes mais confortables et disposant d’une patio avec vue sur les rizières. Le réel avantage de cet hôtel est qu’il se situe à 200 mètres du temple Boroboudur. Impensable de séjourner dans la région de Yogyakarta sans visiter Borobudur. Plus grand monument bouddhique au moment, Borobudur n’est ni un temple ni un sanctuaire et nous ne connaissons pas la signification exacte de cette construction. Le spectacle au lever du soleil et au chant du muezzin qui appelle à la prière est splendide et malgré la orde de touristes, invite à la spiritualité.

Comptez 300 000 Rp pour une visite en journée et 450 000 Rp pour admirer le spectacle au lever du soleil (35 euros, entrée incluant un petit déjeuner au Manohara Resort). Profitez du reste de la matinée pour vous promenez dans le village ou vous croiserez la route de paysans au travail dans les rizières, d’enfants au volant de scooters avec le reste de la famille au complet à l’arrière, de micro ruelles bondées de voitures et deux roues, de fillettes s’amusant sur des balançoires d’un autres temps.

Retour à Yogyakarta, Djoja pour les intimes,  nous nous perdons dans les étales colorées de la rue principale Maliboro. Parfait endroit pour faire des achats, il faut jouer des coudes avec les touristes indonésiens pour se frayer un chemin dans le marché de la ville Pasar Beringharjo, marché de tissus traditionnels et ou vous pourrez également vous atablez pour goûter une cuisine épicée. Amateurs d’art, si vous cherchez bien, vous y trouverez également, des boutiques de créateurs indonésiens et également des galeries de jeunes peintres. Attention toutefois à ne pas vous faire avoir ici tout le monde a enseigner l’art en.. France et veut vous vendre toutes ses oeuvres.

A 30 minutes de Djoja, le temple Hindouiste Prambanan. Vous pouvez vous y rendre en bus pour quelques centimes d’euros (station le long de la rue Maliboro), en taxi qui affichent des prix exorbitant pour la courses ou céder au tuk tuk…qui ne cesseront de vous hêler tout le long de la rue Maliboro. C’est au coeur d’un jardin verdoyant qu’on trouve des temples dont certains sont encore en rénovation depuis le tremblement de terre de 2006, avec la représentation de divinités Hindouistes. Leur forme en épis dirigés vers le ciel rappellerait le mont Meru dans l’Himalaya sacré pour les Hindouistes.

Nuit à Yogyakarta au Lotus Losmen I, au fond d’une charmante petite ruelle colorée pour 170 000 Rp. Tout est simple en Indonésie, alors n’hésitez pas à demander à votre hôte; il pourra vous organiser la suite de votre périple vers Bromo (transfert, nuit d’hôtel et ascension du volcan Bromo) en quelques secondes.

 

Java-Bromo

Le lendemain départ pour Bromo. Nous avons choisi de faire le trajet depuis Yogyakarta en bus. Comptez 12h de trajet si vous choisissez cette option, mais il est possible de le faire en train (6h) ou même en avion. Arrivés de nuit dans notre hôtel Cemara hôtel situé au pied du volcan. La légende veut que les villageois descendraient d’un Indien qui aurait sacrifié de jeunes filles au volcan pour apaiser les Dieux. Depuis une fête honore le volcan en sacrifiant des fruits et autres denrées. Personnellement, nous avons sacrifié notre nuit. Départ à 3h30 en Jeep pour admirer si les conditions météo le permet, le volcan d’un point de vue éloigné et prisé par les touristes. Finalement même si les photos de Bromo de ce point de vue nous avaient enthousiasmé, nous avons largement préféré crapahuter à pied au sommet du volcan. Un décor lunaire et des cavaliers masqués  vous rappellerons une ambiance à la Mad Max. A faire sans hésiter.

Nuit à Bromo au Cemara Indah Hotel

 

Java-Kawa ljen

Situé à quelques heures en bus de Bromo, et sur la route pour atteindre le ferry, nous arrivons au village du volcan Kawah ijen.

Après une très courte nuit dans un des hôtels situés au pied du volcan, départ en Jeep pour l’ascension du volcan Kawah ijen. Départ à 1h du matin pour arriver sur le site à 2h. Armés de lampe torche et de masque à gaz, nous démarrons, l’ascension du volcan. Comptez 1h de marche pour atteindre la crête. Même si il est noté dans les guides que la descente dans le cratère est interdite, les guides vous proposeront la descente qui est tout de même assez abrupte, prévoir de bonnes chaussures. Sur la route vous croiserez des porteurs de souffre qui d’un pas chargé de pénibilité et les épaules chargées de 150 à 200kg remonteront le cratère et parcourront 15 km pour 30 000 roupies par jour (2 euros). Une fois en bas, le spectacle est magique, de la lave bleue qui jaillit de la roche, des porteurs qui s’affairent déjà depuis des heures sans protection la tête dans les émanations de souffre et dès les premières lueurs du jour, une roche jaune qui entoure un lac de lave bleue. Le décors est splendide.

 

 

Au lever du soleil, nous remontons le volcan pour reprendre la route direction la gare maritime. Une fois la-bas, des bus proposent la navette ferry-traversée de Bali jusqu’à Denpasar mais nous vous conseillez de prendre vous même le ferry (15 000 roupies soit 1 euros) et un taxi jusqu’a Denpasar ou Ubud. Les bus sont effet des navettes publiques souvent pleines et pas forcement ponctuelles.

Voila, j’espère que cet article vous a plu et vous aidera, n’hésitez pas a me poser des questions en commentaires. Rendez-vous à Bali.

    Leave a Reply

    Open Google Maps Widget settings to configure the Google Maps API key. The map can't work without it. This is a Google's rule that all sites must follow.
    www.000webhost.com