Instagram

Marathon Run

Marathon de Los Angeles

11 June 2017

Seulement 2 mois après mon 1er 10km et au retour de mon 1er semi-marathon à Auckland en Nouvelle-Zélande, je m’inscrivais un peu sur un coup de tête à mon 1er marathon à Los Angeles en Californie.

Je réalisais très vite que l’objectif était peut être un peu prétentieux et me suis rapidement lancée dans la recherche du coach qui saurait me préparer a cette épreuve. Après de multiples essais, je finissais par rencontrer LE coach qui saurait m’évaluer, m’encadrer, me botter les fesses (parfois), me rassurer (souvent) et me motiver lors de mes périodes de doutes en particulier suite à ma tendinite du psoas.
Ces 12 semaines de préparation c’était :
-4 séances de run par semaine
-des entrainements plus que matinaux qui m’ont beaucoup fatiguée, j’ai finalement fini par courir en fin de journée
-3 séances de crossfit par semaine malgré les recommandations de mon coach
-une tendinite du psoas droit que tous (médecin du sport, kiné et osteo ont attibué au crossfit.. : c’est bon j’arrête jusqu’au marathon)
-une meilleure alimentation et la découverte de la nourriture végétarienne
-une meilleure connaissance de mon corps et de ses besoins : sommeil, hydratation, massages, étirements, yoga…

Je me suis lancée dans cette aventure sans grand talent mais avec détermination et beaucoup de rigueur. En dehors de ma semaine de repos forcé en raison de ma tendinite, je n’ai manqué aucune séance. Je crois que cette préparation a été aussi chargée en émotions que le marathon lui-même : mélange de doute, d’enthousiasme mais surtout une détermination de fer.
Apres 4 mois de préparation, je décolais pour Los Angeles, assez confiante de terminer ce marathon mais avec deux appréhensions : celle de me blesser et celle de marcher.

Mon chéri et moi sommes arrivés à Los Angeles deux jours avant le départ du marathon. Nous logions au SantaBarbara Motel pas très loin de la ligne d’arrivée. Je n’étais pas plus stressée que ça, l’accés au Dodger Stadium étant facilité pour l’occasion.
J’ai été très déçue par le race pack qui ne contenait que le dossard et un Tshirt mais le reste de l’organisation était juste parfaite. Le village du marathon n’étant pas très loin de Hollywood boulevard, nous en avons profiter pour marcher le long de la célèbre avenue étoilée!

 

 

Le jour J, 4h : je ne me fais pas surprendre par le réveil et j’enfile mécaniquement ma tenue préparée la veille, direction la ligne de départ au Dodger stadium. 2h30 d’avance et déjà beaucoup de monde. On commence à s’ambiancer, beaucoup de déguisements, beaucoup de drapeaux américains forcement mais beaucoup d’autres nationalités aussi..on a accès au stadium, on prend quelques photos, l’hymne américain est écouté avec une grande émotion.
7h : le départ est lancé. Les conditions sont parfaites pour moi, le soleil se lève, il fait beau est sec : cela me change du climat très humide de Nouvelle-Calédonie.
1-Du départ au Km 25
Je crois que ça a été le meilleur moment de ce marathon. Je me sentais super bien, il faisait beau, pas chaud, aucune douleur. Je posais pour mon chéri avec plaisir et le sourire au Km 10, Km 15,Km 20 et Km 25 qui me suivait en temps réel grâce à l’application GPS. On traverse Chinatown et Hollywood Boulevard et je suis aux anges. Mon rythme est correct, si je continue à cette allure je finirai dans les temps : 4h30. Je gère parfaitement mon ravitaillement perso : compote et pâtes de fruits et je ne m’arrête à aucun ravitaillement. Je profite de la ferveur de l’événement et je me dis “ça y est tu y es “.  Je souris en lisant certaines pancartes, je prend quelques bonbons, je m’étonne de voir certains coureurs s’arrêter au stand de hot dog, bref je kiffe et c’est parfait.

 

2-Du Km25 à Km 30
Mon psoas ne parle toujours pas mais je commence à ressentir une douleur au genou et une contracture au mollet gauche. Quand je retrouve mon chéri au Km25 il comprend que je commence à être dans le dur et j’ai plus de mal à sourire devant l’objectif. On traverse Beverly Hills, c’est magnifique mais je commence à avoir du mal à profiter du décors. Je crois que je viens de franchir le mur plus précocement que prévu. Je sais que mon objectif des 4h30 est perdu mais je veux tenir.

 

3-Du Km 30 à Km42
Je ralentis clairement la cadence. La douleur est de plus en plus présente Je regarde ma montre plus souvent et je sais que c’est mauvais signe. Au 30ieme km je me dis : “allez accélère, plus tu iras vite plus rapidement tu franchiras la ligne d’arrivée ” mais je n’y arrive plus. Je ne vois plus ce qui se passe autour de moi. Je regarde ma montre tous les 100 m. La ferveur est énorme mais je n’arrive pas à en profiter. Je tente de m’arreter pour me faire glacer le mollet mais marcher et encore plus douloureux, je préfère encore courir. Je n’avais pas demandé à mon chéri de me retrouver sur cette portion de course et je le regrette amèrement, j’avais tellement besoin de lui a ce moment. Je me dis qu’il m’attend à l’arrivée et que je dois finir coûte que coûte.  Je pense aussi à vous qui m’avaient accompagnée et soutenue pendant ma préparation : je ne veux pas vous décevoir!

4 Du Km 40 a KM 42
Les deux km les plus durs de ma vie. On arrive sur Santa Monica mais la ligne d’arrivée est encore loin alors que ma montre affiche déjà 42km. Je ne comprend pas, l’arche me parait tellement loin…Sur ces deux derniers km, clairement mes jambes ne me portent plus et je les finirai au mental! Je passe finalement au bout de 5h12 la ligne d’arrivée. Ma montre affiche 43,66km
Je ne vois pas mon chéri, l’accès est fermé au public. Je récupère la médaille. Elle est tellement belle! Je craque.

 

4-ARRIVÉE et retour à l’hôtel
Je perds mon chéri et je n’ai aucun moyen de le joindre. Je décide de rentrer à pied, l’hotel n’est pas loin. Avec ma couverture de survie LA marathon et ma médaille autour du cou je suis tellement fière d’avoir autant de mal à mettre un pied devant l’autre..Sur la route, j’ai encore droit aux applaudissements des automobilistes et ça me fait chaud au coeur. J’arrive tant bien que mal à l’hôtel! Je prend la photo de ma médaille allongée dans le lit. Je n’arriverai plus à marcher correctement pendant 3-4 jours encore mais je pense déjà au prochain marathon…`

Retrouvez tout ça en image ici.

 

 

    Leave a Reply

    000webhost logo